Transports

Une véritable réponse au désenclavement du territoire, à moindre coût économique et écologique. 

 

 RECREER UNE HALTE FERROVIAIRE A VELLUIRE

Halte ferroviaire à Velluire

Velluire, situé dans le périmètre de la  communauté de communes de Fontenay, est le point le plus proche (10 kms) et le plus accessible depuis Fontenay de la ligne SNCF Nantes-Bordeaux.

 

Une ligne abandonnée (au niveau de l’entretien) depuis de nombreuses années, mais pour laquelle, grâce à l’action conjointe des usagers et des cheminots, l’ensemble des élus des collectivités concernées ont fait unanimement le choix , fin 2013, du maintien et de la rénovation des deux voies.

 

La dernière desserte ferroviaire de Velluire date de 1980, depuis cette date, les habitants du sud-vendée sont privés d’accès au réseau ferroviaire sauf à rejoindre par la route les gares de Lucon, Niort, ou La Rochelle.

 

Notre territoire est donc fortement enclavé, et ce malgré la présence de l’A83, inaugurée en 2001, dont chacun peut constater qu’elle n’a en rien contribué au maintien de l’emploi sur notre territoire (fermeture de SKF, de GIRARD, de PLYSOROL, casse de l’emploi chez SAMRO, etc …).

 

Nos élus UMP et PS ont alors ressorti des tiroirs un vieux projet : l’A831, pompeusement et imprudemment rebaptisé, pour l’occasion,  « Autoroute de l’emploi », … Imprudemment : car l’exemple même de l’A83 devrait nous inviter, tous, à plus de circonspection vis-à-vis de ce projet autoroutier particulièrement couteux.

 

D’autant que, dans le même temps où le cortège solennel des élus célébrait la nouvelle union sacré, sur l’autel bitumeux des premiers mètres de l’A831, et sous le regard, sans doute ému, des futurs concessionnaires Vinci, Eiffage et autres Bouygues, … dans le même temps, donc, nos élus avalisaient dans la plus grande indifférence une nouvelle suppression de desserte : la desserte par bus SNCF sur la ligne Fontenay/La Rochelle du lundi matin, privant ainsi certains lycéens de pouvoir accéder (dans les 2 sens) à leur lieu d’étude par les transports en commun.

 

En vérité le débat sur l’A831 ne doit pas détourner notre attention du réel enclavement de la sous-préfecture du sud-vendée.

 

En vérité, les Fontenaisien-ne-s, ont besoin d’un moyen de transport rapide, économe en énergie et respectueux de l’environnement pour ce déplacer (travail,études,loisirs).

 

En vérité, les Fontenaisien-ne-s ont besoin d’accéder à nouveau, avec une navette type ami-bus, depuis la gare routière de Fontenay, en 12 minutes seulement, au réseau ferroviaire à partir de Velluire,  et de pouvoir ainsi rejoindre :

 

  • La Rochelle  en 25 minutes.
  • La Roche sur Yon en 30 minutes.
  • Nantes en 60 minutes.
  • … et au delà l’accès à l’ensemble du réseau ferroviaire national !

 

La rénovation des voies ferrées entre la Roche et la Rochelle est déjà actée et programmée pour 2017/2018, saisissons l’opportunité de cette échéance pour recréer une halte ferroviaire à Velluire.

 

Un aménagement sommaire : deux quais et deux aubettes au droit du passage à niveau situé dans le bourg de Velluire, avec un accès pour les personnes en situation d’handicap, représenterait un coût estimé inférieur à 1 million d’euros (coût à repartir entre les diverses collectivités concernées). Ce coût peut être considéré comme dérisoire en regard des formidables gains pour les habitants de notre territoire, ce serait un pas déterminant pour faire sauter le verrou du désenclavement de nos communes : près de 39.000 habitants sont recensés dans cette zone de chalandise de 20 minutes autour de Velluire.  Aucun de ces habitants n’est un citoyen de seconde zone ! toutes et tous ont droit à l’accès au transport moderne, économique et respectueux de l’environnement qu’est le rail !

 

MAINTIEN DU GUICHET SNCF DE FONTENAY le COMTE

… au delà du 31 Décembre 2014 !

 

photo groupe-2

En 2008, Nicolas Sarkozy nomme à la tête de la SNCF, Guillaume Pepy, un haut fonctionnaire passé par différents postes ministèriels, dont celui de directeur de cabinet de Martine AUBRY au ministère du Travail.

 

Gullaume Pepy lance alors un plan baptisé « horizon 2015 » qui a pour objectif déclaré de préparer la SNCF à l’ouverture du marché du transport ferroviaire de passagers français à la concurrence à partir de 2019, et, pour principale conséquence, la suppression de plusieurs milliers d’emplois dans les services voyageurs de la SNCF. Il s’agit là du dernier volet de la libéralisation du secteur ferroviaire en Europe décidé par Bruxelles, après la libéralisation du marché intérieur du frêt en 2006, et celle du transport international de voyageurs à la fin 2009.

 

Ainsi, selon les attendus de ce plan, les bureaux de ville, comme celui de Fontenay-le-Comte, situés en dehors des emprises ferroviaires, sont appelés à disparaitre au plus tard le 31 Décembre 2014.

En 2013, Monsieur PEPY est reconduit dans ses fonctions par le gouvernement Hollande / Ayrault, sans nouvelle feuille de route, il est donc confirmé, par un gouvernement socialiste, dans sa mission principale: poursuivre la casse de l’entreprise publique de transport par rail qu’est la SNCF, afin de pouvoir l’ouvrir à la concurrence, y compris pour les trains régionaux, et de répondre ainsi aux injonctions ultra libérales de la Commission Européenne.

 

Cela explique-t-il le positionnement de notre député-maire, Monsieur Fourage, de faire si peu qui puisse entraver les décisions prises à Bruxelles? Car lors des multiples  rencontres avec le ministre des transports Monsieur B.Cuvillier pour maintenir le dossier A831 à flot, sans doute aurait on pu également espérer saisir ces opportunités pour pérenniser véritablement le maintien du guichet SNCF dans notre sous préfecture,  au nom de la sauvegarde des services publics de proximité dans une ville si profondément touché par la crise. Il n’en est rien.

 

Car, lorsque l’équipe sortante évoque hâtivement « le maintien du guichet sncf », en évitant de s’appesantir sur le sujet, n’est évoqué, en vérité, que la période qui s’achèvera  au 31 Décembre 2014.  Au delà, c’est à dire à partir du 1er janvier 2015, en l’état actuel du dossier, absolument rien n’a été acté.

De fait, ce qui se profile à l’horizon du 1er  janvier 2015, et qui constitue le scénario actuellement privilégié par la SNCF, est que soit imposé aux Fontenaisien-ne-s et à l’ensemble des usagers, sans qu’ils en soient consultés, la mise en place… de 2 distributeurs de billets automatiques (un pour les TGV et les intercités, l’autre pour le trafic régional), en lieu et place du personnel SNCF qualifié actuel.

Force nous est de constater ,que l’équipe municipale actuelle n’a pris aucun engagement ni position ferme concernant le maintien au delà du 31 Décembre 2014, cette question ayant été en réalité systématiquement éludé jusqu’à présent, et que cette attitude s’apparente à un non-dit avalisant par défaut le projet de suppression programmé du personnel SNCF, accompagné éventuellement, comme c’est le cas depuis Juin 2013 à La Fleche, sous préfecture de la Sarthe se trouvant exactement dans la même configuration que Fontenay, d’un « emploi d’avenir » durant quelques mois, afin de familiariser les usagers au fonctionnement des distributeurs.  Pour autant, nous rappelons que les citoyens ont déjà refusé ce scénario au travers d’une pétition ayant recueilli plus de 3600 signatures à Fontenay le Comte.

Lors du comité de ligne SNCF du sud-vendée réuni à lucon le 17/10/2013, la directrice régionale SNCF Pays de la Loire, a annoncé qu’un contact avec la ville de Fontenay-le-Comte était engagé afin d’examiner cette possibilité de maintien de guichet …virtuel !, ou seul le sigle SNCF subsisterait sur le fronton du bâtiment.

 

Nous faisons de cette lutte pour le maintien du guichet SNCF de Fontenay le Comte, et de son personnel, le symbole même de notre défense intransigeante des services publics. Préserver les services publics, notamment les services public de proximité, c’est préserver le lien social, garantir l’égalité républicaine, et servir l’intérêt général : ils constituent la richesse et le patrimoine commun de ceux qui n’en ont pas.

 

Nous appelons l’ensemble des Fontenaisien-ne-s à se saisir pleinement de cette question et à s’exprimer massivement par leur vote pour le maintien du guichet SNCF avec son personnel qualifié au delà du 31 Décembre 2014 !

 

La marchandisation de toute chose, la mise en concurrence de tous contre tous, ont mis à mal les solidarités traditionnelles et l’idée même d’intérêt général et de bien commun. Dans ce contexte de plus en plus libéral, de plus en plus brutal, le Services Public Français est, plus que jamais, une chance pour le corps social dans sa totalité, et nous devons nous mobiliser pour perpétuer ses missions, à Fontenay-le-Comte, dans toutes les communes, les départements, les régions, la nation entière, …. , partout, toujours !

 

 

Print Friendly

Laisser un commentaire