Infos Front de Gauche Vendée pour les élections départementales

Il va de soi que ce texte ne sera pas distribué sous forme de tract mais nous pensons que vous pourriez être intéressé par la cohérence globale du projet aussi nous vous le proposons ici en intégralité.

Infos Front de Gauche Vendée
Email : frontdegauche85@orange.fr

Infos 12-14.

La Roche sur Yon le vendredi 19 décembre 2014

En avant le Front de gauche pour les prochaines élections départementales.

La coordination départementale du Front de gauche s’est réunie ce jeudi 18 décembre pour débattre de ses orientations et adopter un pré-projet de programme pour le département de la Vendée.

Auparavant, un double point a été abordé :

Les perspectives nationales du Front de gauche suite à la réunion du 7 décembre.
Le collectif pour une 6ème République.

Les perspectives nationales du Front de gauche.

Lors de sa réunion nationale du 7 décembre, le Front de gauche a pris les décisions suivantes qui devraient nous être précisées dans les jours ou semaines à venir:

  1. Poursuivre la bataille contre l’austérité et pour une alternative sociale, écologique et politique, dans le cadre du collectif 3A (Alternative A l’Austérité). En Vendée, il y a eu la marche citoyenne du 15 novembre. Des initiatives sont prévues, comme par exemple l’interpellation des deux députés socialistes le samedi 27 décembre, à la Roche sur Yon et à Fontenay le Comte.

  2. Lancer les Assises de la transformation sociale. Des rencontres sont prévues le samedi 24 janvier 2015, dans 10 grandes villes du pays.

  3. Définir une stratégie cohérente pour les échéances électorales à venir.

Le collectif pour une 6ème République.

La délégation du PCF, présente à la réunion de la coordination départementale, a été interpellée pour connaître sa position. Elle a répondu que nombre de communistes avaient signé l’appel en question, d’autant plus facilement que le projet d’une 6ème République est inscrit dans les textes des deux derniers congrès du PCF, soit en juin 2010 et février 2013, et dans l’Humain d’abord.

Pour le PCF Vendée, toute proposition d’initiative unitaire sur cette question en Vendée, fera l’objet d’un examen attentif.

Les élections départementales.

Un large accord s’est dégagé sur les orientations suivantes :

L’enjeu de ces élections.

C’est un moment important pour le combat contre les politiques d’austérité.

C’est l’occasion de s’opposer à la réforme territoriale et de rappeler le rôle important des départements dans les politiques sociales, dans la prise en compte des besoins de la jeunesse, des salariés, des personnes âgées et celles en perte d’autonomie. Les départements, c’est aussi à eux seuls 72 milliards d’€uros d’investissements dans la voierie, dans la construction et rénovation des collèges, dans l’aménagement du territoire. C’est une collectivité de proximité qui doit permettre d’envisager la transition écologique…

C’est l’opportunité de donner un nouvel élan à la dynamique du Front de gauche, et la possibilité d’ouvrir cette dynamique à d’autres forces opposées à la politique d’austérité. Des forces citoyennes, sociales, associatives et politiques.

La stratégie en Vendée.

L’idée a été retenue de tendre à être présent dans les 17 nouveaux cantons, avec l’objectif de rendre visible l’ensemble des forces qui s’engagent sur un projet politique départemental de gauche et anti-austérité. Pour chacun des 17 cantons il faut 4 candidats. 1 Binôme à parité, Femme/Homme titulaire, et 1 binôme idem de « remplaçants ». Ce qui veut dire, par exemple, qu’il faudrait tendre dans chaque canton à présenter des candidatures, titulaires et remplaçants, qui représentent les diverses sensibilités politiques, celles du Front de Gauche (PG, PCF et Gauche Citoyenne) et autres, selon les situations.

L’autre ambition, prenant en compte que c’est désormais une « élection départementale », de présenter dans tous les cantons un projet unique, avec la prise en compte, éventuelle, de dossiers spécifiques à tel ou tel canton. Cette proposition pouvant représenter un double avantage. D’une part, avoir un affichage politique fort. D’autre part, mutualiser les frais de communication.

Les textes adoptés.

Deux textes ont été adoptés et sont soumis à la réflexion des uns et des autres, pour une validation début janvier 2015. Un, sur les orientations politiques. L’autre sur le projet départemental. Voir ces deux textes à la fin de cette « Infos FDG ».

Nous avons retenu de ne pas faire état du second tour. Là où il y en aura un, il sera toujours d’apprécier, considérant que le Front de gauche en Vendée, ses différents composantes, n’ont passé aucune alliance avec le Parti Socialiste ni avec la direction départementale d’Europe-Ecologie-Les Verts. Certes, il pourrait y avoir dans certains cantons des représentants d’EELV, mais généralement ceux-ci ont fait savoir qu’il s’engageait avec le Front de gauche à titre personnel, la Commission Exécutive départementale d’EELV ayant décidé de constituer des binômes autonomes.

Les deux textes sont soumis à votre réflexion. Pour les remarques ou idées nouvelles faire suivre à Maxime Bossard. maxmaite@gmail.com

Ou à Olivier Linéatte. olivierlineatte@yhoo.fr

Ou encore à Bernard Violain, bernard.violain@orange.fr.

Présentation de notre engagement dans ces élections.

L’idée a été retenue d’une initiative départementale, devant la Préfecture de Vendée, entre le 15 et le 20 janvier 2015. A cette occasion nous dénoncerons la politique d’austérité imposée aux collectivités locales, Conseil Général de Vendée et communes, et en même temps nous pourrions mettre en perspective quelques axes forts de notre projet départemental.

Une nouvelle réunion de la coordination aura très certainement lieu début 2015, pour faire le point sur tout ceci.

Les deux textes proposés.

Le projet départemental

Nous sommes rassemblés sur un projet social, écologique, démocratique
Les élections départementales des 22 et 29 mars 2015, sont l’occasion de créer une dynamique de rassemblement à gauche, écologiste et citoyenne, à vocation majoritaire. 
C’est urgent, parce que les politiques d’austérité, conduites hier par la droite et aujourd’hui par le Parti Socialiste pèsent sur nos concitoyens-nes et étranglent les territoires dans lesquels nous vivons.
Parce que la politique libérale actuelle remet en cause, jusqu’à les supprimer petit à petit, des services publics indispensables pour bien vivre et travailler au pays. C’est le cas ici de la santé, de l’éducation, de l’énergie, de la Poste…
Parce que l’eau, l’air, les sols, le climat, notre patrimoine commun, sont progressivement transformés en marchandises, confiés au privé et détruits. Personne parmi celles et ceux qui détiennent les pouvoirs ne semblent s’en émouvoir. Il faut au contraire en faire un « bien commun » au service de l’Humain d’abord.
Parce que la démocratie est bafouée, les décisions prises « en haut » sans que les citoyennes et citoyens aient leur mot à dire. C’est particulièrement vrai dans des domaines aussi importants que l’aménagement du territoire, le développement économique, les transports.
Parce que les principes mêmes de la laïcité sont malmenés.
Parce que le repli sur soi, les sectarismes, l’exclusion de l’autre deviennent trop des « contre exemple » du « bien vivre ensemble ».
Ensemble, militantes et militants politiques, associatifs, syndicalistes, citoyennes et citoyens, nous voulons nous rassembler sur un projet social, écologique, démocratique ancré résolument à gauche. Nous voulons mobiliser toutes les énergies disponibles pour :
Mon département, j’y tiens.
S’opposer à la réforme territoriale.
Exiger de l’Etat qu’il assume ses engagements financiers, notamment la pleine compensation des dépenses de solidarité nationale : RSA, (Revenu de solidarité active), PCH (Prestation de compensation du handicap), APA (Allocation personnalisée d’Autonomie).
Redonner aux collectivités locales leur plein droit à la souveraineté. Développer de nouvelles formes de coopération entre le département et les communes sur la base de « projets » débattus et construits avec la population.
Défendre le service public départemental, valoriser ses agents et s’opposer à toute remise en cause du statut de la Fonction publique. Il faut arrêter la privatisation de pans entiers des services départementaux. Il faut, au contraire, donner aux services publics liés au département des moyens financiers et humains qui leur permettent de faire face aux besoins des Vendéennes et Vendéens.
Rendre le pouvoir aux citoyennes et citoyens, pour pouvoir choisir et décider ensemble.
Développer les coopérations, librement choisies. Le département doit se déclarer « Zone anti-Tafta », c’est-à-dire hors traité transatlantique de libre-échange.
Solidarité, proximité, vivre mieux ensemble.
Faire de la justice sociale le « marqueur » de la politique départementale, pour les jeunes, pour les plus anciens, pour les personnes en perte d’autonomie, pour les jeunes ménages en recherche d’emplois ou « nouveaux-arrivants »…
Réinstaller les services publics, en ouvrir d’autres comme celui d’un grand service public à la personne, création d’un pôle public de l’autonomie, ou encore un service public de la citoyenneté. Il faut rendre irréversible l’égalité des services publics et en faire un véritable « bouclier social » qui aide et qui protège les populations les plus fragilisées.
Faire de l’éducation et la formation des jeunes un enjeu de société. Il faut exiger de l’Etat un plan spécifique de développement du système éducatif en Vendée, compte-tenu des réalités départementales (Fort taux de sorties du système scolaire sans diplôme ni qualification, retard dans l’accès à l’enseignement supérieur…). Un plan départemental de construction et de rénovation de collèges, de politiques éducatives sera élaboré avec tous les acteurs et actrices de l’Education. Remette à plat le schéma départemental des transports scolaires. Assurer la gratuité des transports pour tous les scolaires.
Aider les jeunes à conquérir leur autonomie dans tous les domaines de la vie. Un projet départemental « Jeunesse » sera élaboré avec les jeunes, avec leurs associations. Développer la prévention et l’accès aux soins. Assurer la gratuité à la contraception pour les jeunes femmes.
Promouvoir une politique ambitieuse du logement, re-densifier les centres-villes et les bourgs des villages au lieu et place de saccager des milliers de terres agricoles,
Lutter contre la désertification médicale en aidant à l’installation de Centres de santé publics, ouvrant droit au tiers-payant avec des professionnels de la santé relevant de la Fonction publique. Les associations et collectifs citoyens qui agissent dans ce domaine de la santé doivent être associés à la définition d’un projet départemental de la santé, sans oublier la psychiatrie. Il doit être présenté à la population qui devrait être appelée à se prononcer dessus par un référendum. Ce projet tiendra compte de la révolution démographique en cours, des besoins de santé à la hausse. Adopté, il devra être défendu près de l’Agence Régionale de Santé.
Propulser les pratiques culturelles et artistiques, soutenir la création, faciliter l’accès à la culture pour tous par des équipements de proximité, offrant de la qualité et de la diversité, par des « droits d’entrée » accessibles…
Promouvoir une grande politique sportive qui ne donne pas tout aux grands événements ou à la professionnalisation du sport, mais qui fait du sport un droit pour chacun, participatif de son émancipation. Le rapport « sciences »  dans « le sport » sera particulièrement contrôlé pour favoriser des pratiques nouvelles (matériels, terrains, méthodes d’entraînement, diététique…) et pour lutter contre toute espèce de dérapage (Par exemple le dopage qui devient de plus en plus répandu).
Lutter contre toute espèce de discrimination, liée à son origine, son sexe, son âge, ses pratiques sexuelles, son mode vie…
Soutenir les luttes des salariés pour de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail, pour des droits nouveaux, pour aller vers un nouveau type de partage des richesses et du temps,
Soutenir les revendications des retraités, faciliter leur accès à tous les lieux de vie. Développer le service public d’accueil des retraites et personnes âgées en EPAD ; Défendre le droit à la retraite à 60 ans et développer notre système de répartition,.
Engager la transition écologique, développer l’emploi.
Mener la bifurcation écologique, énergie, transports,  immobilier, aménagement du territoire, implantation industrielle ; soutien aux initiatives publiques ou privées de nouvelles pratiques environnementales ; développement de l’éducation aux pratiques environnementales ; abandon des grands projets inutiles et imposés…
Développer une politique de transports ambitieuse avec le soutien aux associations d’usagers qui agissent pour des dessertes ferroviaires de proximité, des déplacements « doux » et qui agissent pour le transfert sur rail ou sur mer des transports de fret.
Créer des activités et des emplois utiles et relocalisés sur tout le territoire départemental, afin que plus aucune zone géographique ne soit délaissée. Aller vers la planification écologique. Par exemple en développant les entreprises tournées vers la connaissance numérique et ses applications.
Faire du département un acteur essentiel de l’économie sociale et solidaire. SCOP (Société Coopérative et Participative), SCIC (Société Collective d’intérêt Collectif), contrôle citoyen de l’utilisation de l’argent déposé dans les banques coopératives et mutualistes.
Faire des 250 km de côtes vendéennes protégées, dont 140 km de plages, un formidable atout social, économique, Ecologique et touristique. Pêche artisanale, soutien aux professions marines (Conchyliculture, mytiliculture, cultures marines), développement de l’éolien, exploitation des vagues,…
Aider au développement de l’agriculture paysanne, biologique, de proximité. Aller vers le doublement de la production en bio, dans un premier temps, puis ensuite en faire un véritable enjeu de société. Soutenir et aider les AMAP et tout le système d’Echange Libre…
Assurer le droit pour tous à l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.
Du local au national nous voulons « changer la vie » pour de bon, enfin ! Avancer avec les Vendéennes et Vendéens un projet de société différent, un projet de transformation sociale, écologique et démocratique.
Voila pourquoi nous qui sommes syndicalistes, militants de quartiers, associatifs, militants politiques et pour certains d’entre nous élu-e-s municipaux, nous nous déclarons disponibles pour nous présenter aux prochaines élections départementales, y représenter toutes les idées ici émises, agir avec les citoyens pour les faire appliquer.
Nous voulons redonner élan et espoir à toutes celles et tous ceux qui ne se résignent pas à la situation actuelle, qui ne se résignent pas à une victoire de la droite à ces prochaines élections, qui ne se résignent pas à une « gauche socialiste » de plus en plus libérale qui a perdu son nom et ses valeurs.
Nous voulons mettre la démocratie au cœur du « vivre ensemble ». Il faut développer partout l’intervention citoyenne. Le département n’est pas un « échelon de trop ». Il est parfaitement adapté pour construire des solutions nouvelles et créer une nouvelle dynamique dans notre société en pleine mutation.
Ce texte pourrait être signé par les candidates et candidats soutenus par le Front de gauche (et éventuellement d’autres forces politiques) et aussi par toutes celles et tous ceux qui se retrouvent dans cette dynamique.

Les orientations.

Plate-forme politique pour les élections départementales en Vendée

Une autre politique citoyenne, écologique et sociale pour notre département

Le temps d’un souffle nouveau est venu. Nous voulons le proposer aux vendéennes et aux vendéens. Les prochaines élections départementales nous donnent un moyen d’agir en toute démocratie, sans violence, par le débat et la conviction mutuelle.
Nous proposons de présenter des candidatures communes aux prochaines élections départementales. Nous partons de l’idée suivante : ce qui nous rassemble est plus important que ce qui nous sépare. Nous refusons la politique sociale, économique et environnementale du gouvernement. Nous combattons la politique de la droite et de l’extrême-droite. Nous avons, en Vendée, une autre idée qu’eux de ce qu’il faut faire pour nos vies. Nous voulons créer un rassemblement autonome des libéraux de droite comme de gauche.

Rendre le pouvoir aux citoyennes et aux citoyens

Le pouvoir de l’Etat est confisqué par une minorité qui renie ses engagements de campagne, gouverne contre les citoyens et au profit des lobbys. Nous voulons que le pouvoir revienne aux citoyennes et aux citoyens dans les décisions publiques. Ainsi nous rejetons la réforme territoriale, décidée dans les hautes sphères de l’Etat, sans aucune consultation populaire. Nous défendrons dans les prochaines élections départementales en Vendée l’instauration d’une véritable démocratie décentralisée.
Cela commencera dès notre campagne par la mise en place d’assemblées citoyennes de canton pour co-élaborer le projet départemental et désigner les candidatures qui représenteront cette nouvelle méthode d’action. Chaque personne investie par les votes de nos assemblées s’engagera à associer les habitants à ses prises de décisions à travers la tenue d’assemblées citoyennes, de compte-rendu de mandat et de consultations citoyennes (votations, referendum..) autant que nécessaire. Elles s’engageront publiquement à refuser le cumul de mandats électifs et à proposer la révocation à mi-mandat en cas de non respect du programme sur lequel il (elle) aura été élu(e).

Amorcer enfin la transition écologique

Face à l’urgence du réchauffement climatique, nous engagerons la transition écologique en Vendée. Nous savons comment faire en menant une politique volontariste de développement et gratuité des services publics, en soutenant une agriculture paysanne de proximité et en combattant l’artificialisation des sols, en favorisant la biodiversité et en incluant des règles sociales et écologiques aux marchés publics et aux aides du département. En Vendée, nous mettrons au poste de commande l’intérêt général humain, notamment en ce qui concerne le cycle de l’eau, la biodiversité et le traitement des déchets.

Rompre avec la politique austéritaire

Nous rejetons les politiques économiques qui font de l’austérité et du remboursement de la dette publique le seul horizon proposé à nos concitoyens. Nous refusons le pacte de responsabilité qui a transféré 40 milliards dus par les actionnaires sur les familles. La solution n’est pas dans le dogme de la croissance à tout prix, mais dans la relance d’activités socialement utiles et écologiquement soutenables. Ainsi, nous rejetons les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII). Lorsqu’il y a un projet d’aménagement contesté, c’est à la population de trancher. Nous voulons une Vendée qui fasse vivre les valeurs de partage et de solidarité. Nous nous mobiliserons aux côtés des citoyennes et des citoyens contre la baisse des dotations publiques de l’Etat et défendrons les mesures de solidarité pour les populations les plus précaires. Nous défendrons l’emploi et les entreprises menacées de fermeture en soutenant notamment les reprises en Société Coopérative et Participative (SCOP) ou autre entreprise qui rentre dans le cadre de l’Economie Sociale et Solidaire. Notre soutien sera sans faille pour soutenir les productions locales dans tous les domaines, car nous savons faire à proximité. Notre approche en matière de développement partira des besoins indispensables que sont la santé, le logement, l’éducation.

Print Friendly

Laisser un commentaire