Fontenay en transition

Pour une ville en transition écologique 

transition-ecologique

 Bientôt,

Fontenay  en « transition »

Ce processus a été développé en 2005 par les étudiants de l’université de  Kinsale (Irlande) sous la direction de    Bob Hopkins .   La première mise en application a été initiée en 2006 dans la ville de  Totnes au Royaume Uni. Depuis, le mouvement est devenu international et compte plus de 460 initiatives officielles.

Les Initiatives de Transition sont fondées sur quatre prémisses de base :

1. Nous ne pourrons éviter de vivre en consommant beaucoup moins d’énergie. Il vaut mieux s’y préparer que d’être pris par surprise.
2. Nos lieux de vie et nos communautés manquent de la résilience nécessaire pour survivre aux importants chocs énergétiques.
3. Nous devons agir collectivement et nous devons agir maintenant.
4. En déchaînant le génie collectif de nos proches pour concevoir en avance et avec créativité notre descente énergétique, nous pouvons construire des modes de vie plus reliés, plus enrichissants et qui reconnaissent les limites biologiques de notre planète.

Un avenir plus pauvre en pétrole pourrait, si l’on y consacre assez de réflexion et d’invention avec une avance suffisante, être préférable à notre présent. Un futur plus sobre en énergie et plus résilient ne doit pas forcément jouir d’une qualité de vie inférieure à celle du présent. Au contraire, un avenir où l’économie locale serait revitalisée posséderait bien des avantages par rapport au présent, parmi lesquels le bien-être et le moindre stress de la population, l’amélioration de l’environnement et le renforcement de sa stabilité.

 Il ne fait aucun doute que les solutions locales, conduites par les communautés, sont  essentielles.

 

La Transition en question est le passage « de la dépendance au pétrole à la résilience locale ». Les populations locales sont invitées à créer un avenir meilleur et moins vulnérable devant les crises écologiques, énergétiques et économiques qui menacent en agissant dès maintenant pour :

  • réduire la consommation d’énergie fossile ;
  • reconstruire une économie locale vigoureuse et soutenable et retrouver un bon degré de résilience par la relocalisation de ce qui peut l’être ;
  • acquérir les qualifications qui deviendront nécessaires.

Chaque collectivité locale trouve par elle-même les actions qui lui conviennent en fonction de ses ressources et de ses enjeux. Il n’y a pas de réponse toute faite. Le modèle de Transition offre un cadre de travail cohérent mais non coercitif.

Pourquoi agir localement ?

  • parce que l’économie devra inévitablement se relocaliser en grande partie ;
  • parce que c’est le niveau auquel les citoyens peuvent inventer des solutions bien adaptées à leur réalité et passer à l’action ;
  • parce que c’est souvent près de nous que se trouvent les gens, les ressources et les solidarités pour agir.

« Qu’arriverait-il si nous passions à l’action par l’autre bout, en illustrant une vision de l’avenir si attirante que les gens se sentiraient instinctivement attirés par elle ? »

Nous commençons à peine à explorer le pouvoir d’une vision positive d’un futur abondant :

maigre en énergie,

riche en temps,

moins stressant,

plus sain et plus heureux.

Il est essentiel de savoir associer des images à la vison précise d’un futur en descente énergétique.

 

« le souci écologique peut être vu comme la plus haute forme de solidarité »

Nicolas Hulot

C’est pourquoi  avec tous les fontenaisiens ,il nous faut préparer un avenir meilleur et moins vulnérable.

Nous aurons besoin de toute notre inventivité pour pouvoir solidairement affronter les crises écologiques, énergétiques et économiques par des solutions innovantes que nous devrons créer.

Déjà,nous savons qu’il nous  faut :

Réduire notre consommation d’énergie dont le coût s’envole dans les logements et les déplacements  

Pour les logements énergivores, avec l’ADEME et  les institutions concernées par l’habitat, les

professionnels du bâtiment et la mutualisation de nos  expériences, nous rechercherons les solutions les plus adaptées pour un meilleur confort à faible consommation énergétique.

Un même lieu regroupera toutes ces  compétences  locales

La ville soutiendra ses habitant les plus modestes au-delà des aides déjà à disposition.

La ville devra devenir exemplaire dans tous ses bâtiments et l’éclairage public

Les  déplacements « doux » et collectifs  seront privilégiés :

les déplacements à pieds et à vélo seront sécurisés et priorisés.

les déplacements collectifs seront développés.

L’Ami bus sera accessible à tous les citoyens de la ville  grâce à des itinéraires au plus proche des besoins de tous les âges avec une participation symbolique .

Nous renégocierons  avec la Région  des  horaires des TER  en direction notamment de Niort, Luçon et la Rochelle, et demanderons  la coordination  des  lignes prises en charge  par le Conseil Général et la Région.

Nous nous engageons pour un arrêt du train à Velluire : grâce à l’accès par l’Ami Bus   nous serons  à 25 mn de la Rochelle, 30 mn de la Roche sur Yon  et 1h au centre de Nantes.

La réouverture de la ligne  Fontenay/Niort répondra aux 450 déplacements /jour (étude de 1998)

Ces villes seront accessibles tant pour les loisirs , les études , la santé, le commerce  le travail et  le tourisme…. Les déplacements seront sécurisés .

Le SUD Vendée sera  alors désenclavé !

 

Relocaliser l’économie par :

  •  Le  soutien à  l’agriculture  biologique  meilleure pour notre environnement et notre santé.en favorisant l’installation de maraîchage à proximité de la ville notamment par la location de terres de la communauté de communes.Le cahier des charges des appels d’offre favorisera l’achat  local  et sans pesticides  pour les services de restauration de la ville et des EPHAD de la communauté  de communes.
  • Le développement  des entreprises du bâtiment  en raison de la mise aux normes des logements énergivores et  des énergies renouvelables.
  • Le tourisme vert en tirant partie de nos richesses environnementales et de notre patrimoine. Prévoir des séjours découvrant  le marais poitevin et la forêt de Mervent, en mixant  des circuits à bicyclette  et pédestres avec la découverte de notre patrimoine architectural et les nombreuses animations  locales.
  • La valorisation de la filière bois.
  •  Le maintien  des 40 emplois aidés du centre de tri de Mouzeuil saint Martin

Promouvoir une réflexion  avec les habitants des zones inondables.

 

Pour en savoir plus sur les orientations d’une politique de transition écologique

Print Friendly

Laisser un commentaire