Enquête publique : demande d’autorisation unique de prélèvement d’eau pour l’usage d’irrigation agricole

Contribution à l’enquête publique :

Demande d’autorisation unique de prélèvement d’eau pour l’usage d’irrigation agricole sur le périmètre de l’établissement public du marais Poitevin, désigné Organisme unique de gestion collective

 

La gestion collective des prélèvements est bien sûr un progrès et s’impose par la loi.

Cette enquête publique focalisée sur l’irrigation s’inscrit dans l’ensemble des volumes prélevés pour tous les usages compatibles avec des objectifs de quantité et de qualité. De ce fait , elle concerne l’ensemble des citoyens qui auraient du être également informés.

Par ailleurs cette enquête fait totalement abstraction de la réalisation des futures bassines (39 ?) alors que des augmentations de prélèvements sont prévues. Leur impact environnemental n’est pas évoqué de même que leur coût.

« Ces retenues de substitution et les irrigations liées font partie de l’intention collective exprimée par l’EPMP dans sa demande d’autorisation. Les volumes autorisés proposés sont définis pour permettre leur réalisation. L’EPMP met en effet en avant des éléments socio-économiques en faveur de ces possibilités d’irrigations dont il tire la justification de la demande. ….

  • les ouvrages non encore autorisés ne semblent pas pouvoir être considérés comme d’ « autres projets connus » au sens de l’article R.122-5 IV du code de l’environnement : l’étude d’impact ne doit donc pas nécessairement intégrer les effets cumulés de ces ouvrages avec cette autorisation de prélèvement ;
  • cette autorisation collective de prélèvement est indispensable, mais non suffisante, pour réaliser ces ouvrages et les irrigations qu’ils permettent .»avis de l’Autorité Environnemental

Au- delà des réticences initiales, cette gestion collective des prélèvements apporte une certaine garantie aux irrigants sans remise en cause du modèle agricole actuel avec toutes les destructions qu’il entraine , la pollution à la source avec ses intrants.

Pourquoi n’y a-t’il pas de lien avec Le plan agro-environnemental et climatique (PAEC) pour le Marais poitevin étable pourtant par l’EPMP ?

« Les principaux enjeux retenus pour le projet agro-environnemental et climatique du Marais poitevin sont les suivants :

  • maintenir les prairies du marais et conforter les élevages ;
  • conserver le caractère humide des prairies ;
  • soutenir les pratiques agricoles favorables à la biodiversité. Le projet vise à la fois des objectifs quantitatifs et qualitatifs.

…Pour une meilleure efficacité environnementale, l’objectif est de mettre en synergie les pratiques agricoles favorisées par les mesures agro-environnementales (MAE) avec la gestion des niveaux d’eau promue … »

Pourtant l’augmentation des prélèvements prévue se fera au profit des cultures céréalières ,aux détriments des prairies.

Il n’y a pas de critères hiérarchisés et mesurables quant à l’affectation des volumes libérés (élevage, jeunes agriculteurs, agriculture biologique…)

L’AE note que les changements induits par le fonctionnement du marais sur les activités conchylicoles et mytilicoles et notamment sur la qualité sanitaire des productions ne sont pas étudiés.

Selon l’AE « Il est indiqué que sur les dix dernières années et pour les deux types de masse d’eau, aucune tendance à l’amélioration ne se dégage. Au contraire, une étude récente (décembre 2014) sur la situation des nitrates ferait ressortir des éléments encore plus défavorables que la situation, déjà présentée comme étant très mauvaise. On peut regretter que ces éléments ne soient pas associés à un examen des pratiques culturales et des types d’assolement. Concernant les pesticides, le rapport pointe une situation de contamination généralisée avec la rémanence par l’intermédiaire des nappes de substances interdites qui ne sont plus utilisées. … »

L’objectif de la qualité de l’eau n’est pas pris en compte.

Les volumes d’eau autorisés sont maximalistes, avec des prélèvements accrus en hiver dont on ne sait pas quels désordres ils peuvent entrainer .

 

Dominique Chartier

Conseillère municipale

Fontenay le Comte

 

Site de l’enquête publique : http://www.vendee.gouv.fr/enquete-publique-autorisation-unique-de-a2265.html

Print Friendly

Laisser un commentaire