Départementales 2015 : En finir avec les politiques d’austérité

Fédérons nous pour construire une alternative politique citoyenne, écologique et sociale !

Le tournant résolument néolibéral de la politique menée par le gouvernement actuel conduit inexorablement le pays vers l’échec économique et le désastre social.

Nous sommes désormais au pied du mur, la France ne manque ni de ressources ni de volonté pour relever les grands défis économiques et environnementaux de notre temps. Pourtant le pouvoir actuel et la droite n’ont pour unique programme que précarité et austérité, et, pour unique projet de société, le consumérisme le plus absurde et le productivisme le plus aveugle. Tel est l’horizon indépassable et sinistre des politiques libérales, de droite comme de gauche, pour notre pays.

Cette politique austéritaire et ces solutions libérales périmées, n’ont jamais produit comme autre résultat, partout où elles ont été appliquées, que le chômage de masse, la destruction de l’Etat Social, la misère des peuples, la prédation des biens communs et le saccage de l’écosystème indispensable à la vie humaine.

La crise dans laquelle nous entraine la politique menée par le pouvoir PS actuel, et que la droite se promet de poursuivre en l’intensifiant en cas de retour au pouvoir, est donc profonde : elle est économique, sociale, écologique, mais aussi éminemment politique et démocratique.

Nous assistons en effet à un affaissement de notre démocratie : le pouvoir de l’Etat est confisqué par une minorité qui renie ses engagements de campagne, gouverne contre les citoyens et au profit des lobbys financiers. Un pouvoir qui, au travers de sa réforme territoriale, menée sans aucune consultation populaire, organise la mise en concurrence des territoires et dépossède les citoyens de leur capacité à intervenir en créant un ordre nouveau, technocratique et sans visage, digne des duchés d’ancien régime, en lieu et place de l’organisation territoriale qui a fondé la République Française : la commune, le département, la Nation.

C’est une crise de régime : en étouffant l’énergie populaire, en favorisant partout et dramatiquement les forces politiques de la droite et de l’extrème droite, en désespérant le peuple de gauche, la déliquescence du pouvoir actuel entraine l’affaiblissement de notre démocratie et ouvre, devant nous, des abimes.

Nous ne l’accepterons pas. Nous ne nous résignerons pas.

 

Face à cet état d’urgence politique, nous, simples citoyens, militants de gauche, militants écologistes, qui refusons la politique sociale, économique et environnementale du gouvernement Hollande-Valls, qui combattons la politique de la droite et de l’extrême droite, nous n’abdiquerons pas notre devoir d’unité dans de telles circonstances. Nous manifestons ainsi une volonté commune d’agir pour rendre majoritaire cette idée dans la population qu’une alternative politique de gauche citoyenne, écologique et sociale est possible pour le pays. Rien ne sera possible sans implication citoyenne : nous en appelons au peuple, qui est seul légitime à définir ce qu’est l’intérêt général, c’est à dire à définir ce qui est bon, non pas pour soi, mais pour toutes et tous.

Rendre le pouvoir aux citoyennes et aux citoyens

Nous voulons que le pouvoir revienne aux citoyennes et aux citoyens dans les décisions publiques. La vie politique doit être fondée sur la coopération, la solidarité et l’implication citoyenne, et non sur la concentration et la personnalisation du pouvoir. Nous ne voulons plus que le fonctionnement politique des territoires se s’apparente le plus souvent à un entre-soi de notables. Ainsi, nous rejetons la réforme territoriale décidée par le gouvernement et préparée dans les hautes sphères de l’Etat sans aucune consultation populaire. C’est au peuple de décider de l’organisation territoriale de la France. Nous défendrons dans les prochaines élections départementales l’instauration d’une véritable démocratie décentralisée.

Amorcer enfin la transition écologique

Nous ne nous résignons pas à voir la catastrophe écologique s’aggraver chaque jour dans l’indifférence générale de ceux qui dirigent notre pays. Il y a urgence. Nous engagerons la transition écologique de notre département, en menant une politique volontariste de développement et gratuité des transports publics et en agissant pour limiter les déplacements contraints entre le lieu de travail et le domicile; en soutenant une agriculture paysanne de proximité et en combattant l’artificialisation des sols; en favorisant la biodiversité et en incluant des règles sociales et écologiques aux marchés publics et aux aides du département. Nous rejetons les grands projets inutiles et nuisibles tels que NDDL ou l’A831 ! Nous voulons mettre l’intérêt général humain au centre de la politique du département.

Rompre avec la politique austéritaire, créer des vrais emplois locaux non-délocalisables

Nous rejetons les politiques économiques qui font de l’austérité et du remboursement de la dette publique le seul horizon proposé à la France et à nos jeunes. Elles nous conduisent seulement à l’appauvrissement progressif d’une partie croissante de la population. Nous refusons le pacte de responsabilité qui consiste à faire 40 milliards d’euros d’économie sur le dos des salariés, petits et moyens, pour les redistribuer aux patrons et actionnaires sans contrepartie économique et sociale. La solution n’est pas dans le dogme de la croissance à tout prix, mais dans la relance d’activités socialement utiles et écologiquement soutenables. Nous nous mobiliserons aux côtés des citoyennes et des citoyens contre la baisse des dotations publiques de l’Etat et défendrons les mesures de solidarité pour les populations les plus précaires. Au travers du soutien à l’Economie Sociale et Solidaire, de la mise en œuvre de la Transition Ecologique, de la défense et  du développement des Services Publics, du soutien aux productions locales dans tous les domaines nous défendrons une véritable alternative économique. Notre approche en matière de développement partira des besoins vitaux et indispensables tels la santé et le logement et non des grands projets inutiles ou des opérations de prestige ruineuses.

Nous en appelons ainsi à une refondation de la gauche, loin des sectarismes partisans, une gauche socialiste, écologique et citoyenne, porteuse d’une véritable dynamique innovante et d’une nouvelle espérance.

Print Friendly

Laisser un commentaire